Noter cet article

Pourquoi vouloir  devenir indépendant financièrement ?

Avant de voir comment devenir libre sur le plan financier, je vous invite à vous poser la question suivante : pourquoi ai je envie de devenir indépendant financièrement ? Qu’est ce qui vous passe par la tête quand vous vous imaginez indépendants ? C’est la question à se poser car elle va déterminer votre pourquoi profond.

Pour ma part, depuis tout petit, j’ai toujours été attaché à ma liberté. J’ai le souvenir, à 5 ans, d’être parti avec mon petit sac à dos, quittant la maison de mes grands parents pour aller explorer les alentours. Quelques heures plus tard, je croiserai mon père avec un ami proche qui me ramèneront auprès de ma grand mère et ma mère, toute les deux mortes d’inquiétude.

Tout ça pour vous dire que la liberté est sans doute le maitre mot de l’indépendance financière et la raison qui nous pousse à vouloir réussir. Et ce quel que soit son envie. Car toute les libertés sont permises. Plus de patrons pour vous mettre la pression, plus de collègues relous, une liberté géographique et totale, et souvent plus d’argent.

Il ne s’agit pas de chercher de l’argent facile. D’ailleurs, je te confirme, ça ne l’est pas. Au passage, petite mention spéciale aux proches qui pensent que tu ne fous rien, alors que tu es en train de bosser chez toi, 8 heures par jour et même plus parfois.

Un sacrifice nécessaire pour se libérer du salariat

Ce serait mentir de dire qu’il est facile de devenir libre et indépendant pour générer ses propres revenus. La route est compliquée, et verglacée. On passe même par ce qu’on appelle  » la traversée du désert » commune à tous les entrepreneurs débutants.

En clair, on ne gagne pas un rond au début. Cela peut durer plusieurs mois, voir plusieurs années pour certains. C’est souvent là ou de nombreux postulants s’arrêtent. Aveuglés par le soleil, les pieds brûlants dans le sable. Simple analogie mais tellement proche de la réalité.

Comment ça va  se passer dans le cas de la création d’un business en ligne ? Il faut bosser, bosser, bosser, mettre du contenu gratuit sur la table. Ou plutôt sur le web. Publier des vidéos sur youtube, publier des articles de blog tous les jours. S’arracher à cette prison de métro boulot dodo. Utiliser cette pulsion de vie, cette énergie qui nous pousse à avancer. Pour se créer une existence sur mesure.

Quitter la rat race :https://lepoussinduweb.fr/

Comment réagissent les proches quand on crée un business ?

Mal. C’est le premier mot qui m’est venu en tête quand j’ai écrit ces lignes. Ils ne comprennent pas ce que l’on fait. Ils ne réalisent pas l’ampleur du travail que cela représente. Ni la merveilleuse récompense qui se cache derrière tout ça. Au moment où j’écris ces lignes, j’ai fait le choix de quitter un job qui ne m’apportait ni épanouissement ni satisfaction.

J’ai voulu en finir avec la précarité, le chômage, l’incertitude. Trouver un sens à ma vie. Et peut être que toi aussi, c’est une voie qui te correspond. En fait, ce que veulent tes proches, ce sont des résultats. Point à la ligne. Mais c’est évidemment très difficile d’en obtenir au départ. De par ma petite expérience, les premières ventes ont été pour moi une respiration après une longue apnée.

Celle où tu es à deux doigt d’éclater, ou de te noyer, mais que tu remontes à la surface. Mais le plus dur n’est pas encore fait. Maintenant, il faut nager jusqu’au bord. Et les vagues sont déchainées. A toi de jouer ! 😉 Je suis avec toi…

La persévérance sera la clé de ta réussite

Effectivement, je ne te mens pas quand je te dis que tout n’est pas rose. Mais tu va voir le bol d’air frais que tu va avoir quand tes premières ventes vont tomber. Cela va confirmer ton projet entrepreneurial. Tu auras la garantie d’avoir choisi un business rentable. Et même si tu gagnes au début seulement 10, 15 euros ou 20 € en revenus récurrents, c’est déjà un bon début, crois moi.

Évidemment, on va peut être te rire au nez comme ça a été le cas pour moi. Mais ce n’est pas grave. La plupart des gens sont dans la spéculation et n’ont pas idée du potentiel extraordinaire que représentent les revenus passifs. Mais pour toi, peu importe. Tu as compris que c’était possible. Ce n’est pas une utopie mais un rêve qui pourrait devenir réalité. Comme dit l’anglais  » Keep going » autrement dit continue !

devenir indépendant financièrement grâce au web et ses merveilleuses possibilités

C’est quelque chose qui n’existait pas du temps de nos parents et grands parents. Si Mamie, ou tata a du mal à comprendre le phénomène internet, c’est normal. C’est une révolution. Peut être même que les créateurs du word wide web ne l’ont pas vu venir. Internet est une gigantesque place de marché sur laquelle se presse de plus en plus de monde. Soyons francs, il ya beaucoup, beaucoup d’argent à se faire. Dans un laps de temps extrêmement réduit.

L’avantage, c’est que si tu es instable professionnellement, ou que tu n’a pas de travail, tu ne seras pas bloqué par le refus des banques comme cela peut être le cas en immobilier.

Plutôt que de faire un article classique et somme toute monotone sur l’indépendance financière de base, je me suis dit qu’il fallait mettre en avant ce formidable geyser numérique qu’est le web. Ce réservoir inépuisable d’idées jaillissantes. Mais justement, quel sujet choisir ?

Voici un autre article sur le sujet : https://lepoussinduweb.fr/comment-choisir-une-bonne-thematique-de-blog/

Choisissez un sujet intemporel et en demande constante

Il va sans dire que si vous décidez de monter un business sur le dernier windows 10, votre contenu sera périmé au bout de 2 ans. Choisissez un domaine dont la demande va perdurer dans les prochaines années. Prenez par exemple la nutrition pour les sportifs ou le dressage pour chiens. Des cibles bien spécifiques avec une concurrence relativement faible.

https://lepoussinduweb.fr/comment-acquerir-un-etat-desprit-riche/

4 types de business à monter sur internet

Vous avez au choix :

  • l’affiliation
  • le business en ligne
  • le dropshipping
  • le consulting

Je n’aborde pas la bourse car c’est un domaine très spécifique, et qui, je pense n’est pas forcément facile d’accès pour un débutant ou quelqu’un qui a peu de capital. En revanche, vous pouvez facilement utiliser l’affiliation qui consiste à vendre les produits des autres. Ainsi pas de publicité, pas de marketing, de tunnel de vente à faire.

Voici un lien vers l’excellente formation d’une partenaire business experte de l’affiliation , Nina Habault, plus connue sous le pseudonyme de mademoiselle webmarketing :formation  » affiliation  » nina habault.

Ensuite, vous avez le business en ligne. Ce type de business consiste à créer tout simplement vos propres produits. C’est personnellement celui que je préfère. Il nécéssite du travail certes, mais il me permet de garder le contrôle sur mes créations. Tandis que la personne pour qui vous faites ses produits en affiliation peut décider de stopper la vente de ses produits.

Le dropshipping consiste à faire importer des produits, souvent de Chine, à bas prix, les stocker dans une boutique virtuelle et les revendre avec une marge conséquente. Si vous aimez gérer des boutiques alors ce business est fait pour vous. Je vous met un lien vers la vidéo d’un formateur en dropshipping qui a le mérite d’être crédible et authentique ( et qui dénonce les dérives d’escrocs dans le domaine  )  :

Ensuite, il reste le consulting. Valable surtout si vous êtes freelances ou expert dans un domaine particulier. Vous pouvez monnayer vos talents sur des sites comme scribeur ( pour la rédaction web ) ou 5 euros.com. De nombreuses personnes recherchent des tutos sur photoshop, adobe et des logiciels bien spécifiques.

Si vous voulez commencer à créer un business en ligne, voici une heure de formation offerte sur le blogging ci dessous :

La longue route vers l’indépendance financière

Jeune padawan, il y a certains seuils à dépasser sur le chemin de la liberté financière . Au moment où j’écris ces lignes, je ne suis pas encore libéré du poids des finances, mais je suis en route et je génère des revenus complémentaires et récurrents.

Dans cet article, je répertorie différents stades qui sont en général traversés par la majorité des entrepreneurs débutants. Je parle toutefois bien de la mise en place de revenus passifs et pas d’échange de temps contre argent.

Stade 1 : la traversée du désert ou le seuil zéro

Le sable est chaud, mouvant, brûlant. Le vent est aride et souffle face à toi. Au sommet de la dune, tu ne peux même pas regarder la beauté du paysage environnant car tu te concentres pour avancer péniblement. En somme tu survis. Tu croises des bandits de grand chemin qui ressemblent à des figures étrangement familières. Tu prends des coups mais tu te bats, tu continue.

Puis tu croises des touaregs bien sympas, tu t’arrête dans leur camp. Ils t’invitent à partager un repas chaleureux. Tu te dis que tu va rester en contact avec eux. Ça tombe très bien. SFR a sorti les grands moyens et a fait installer des relais téléphoniques en plein désert ( ben pourquoi pas ? ).

Tu continues ta route, content de ces belles rencontres et d’avoir pu te ravitailler et reprendre des forces.

Stade 2 : tu commences à générer tes premiers revenus passifs

Oasis is good ! Tu peux commencer à payer tes premières factures téléphoniques, les croquettes pour le clébard. Tu peux commencer à voir la lumière au bout du tunnel. Tu as compris que ton système allait changer ta vie. Que tes choix sont bons. Alors, autour de toi, certains vont encore te dire que tu ne gagnes pas assez, que c’est « lent » ( ne les étrangle pas, ils sont gentils ).

En vérité, ces gens là n’ont aucune idée de ce qu’est la création d’une entreprise en ligne, habitués à percevoir un salaire tous les mois. Mais petit à petit, tu sens que le regard sur ce que tu fais commence à changer. Et étant donné que les revenus commencent à revenir de manière régulière chaque mois, tu te déclares. Et c’est là que tu gagnes ( un peu ) en crédibilité mais pas encore en légitimité. Voilà ou j’en suis actuellement.

Stade 3 : le seuil des 500 € par mois

Je l’ai appelé ainsi parce que c’est celui que je veux atteindre prochainement. En positionnant un site de niche sur les premiers résultats de Google, je me suis prouvé que la persévérance finissait toujours par payer. La phrase d’un entrepreneur m’est revenue en tête :  » tu as déja gagné ».

En ce qui me concerne, mes charges de base représentent 1000 euros par mois. Alors, bien sûr, mille euros, ce n’est pas la panacée. Mais on parle bien ici d’indépendance financière de base. Qui couvre tes frais de « survie ». J’aurais déja fait la moitié du chemin. Pour moi, l’objectif n’est pas de devenir millionnaire.

Je veux juste être libre. Géographiquement, financièrement, hiérarchiquement. Admirer la beauté de notre planète. Et bien sûr, inspirer d’autres personnes sur ce merveilleux chemin qu’est l’indépendance financière. C’est la clé pour vivre une vie heureuse, se libérer du poids d’un travail qui ne nous plait pas et qui peut occasionner des troubles psychologiques et physiques.

Stade 4 : le seuil plancher ( et psychologique ) des mille euros par mois

Je pense que quand on atteint ce stade des mille euros, et ce de manière régulière, la plus dure partie du chemin est faite. Alors, bien sûr, ce n’est pas une fin en soi. Il faudra continuer à développer ses sources de revenus et à se former. Mais la notion d’urgence à disparue. Elle laisse place à la sérénité et à la confirmation de son projet. Oui, il est possible de vivre de ses revenus passifs et par conséquent, d’être rentier.

Conclusion

J’aurais pu rajouter une cinquième étape en parlant de la liberté financière et de gagner des milliers ou des dizaines de milliers d’euros par mois. Mais j’ai voulu me concentrer sur l’essentiel et sur l’étape qui est certainement la plus difficile à franchir. Celle où beaucoup de gens abandonnent, arrêtent de se cramponner à la paroi montagneuse alors que si ils lèvent la tête, ils entrevoient le sommet.

Courage, mes braves ! La liberté vous tend les bras !

Eric