À propos : qui est l’auteur de ce blog ?

Je m’appelle Eric, je suis né en 1992 et j’ai l’âge que vous me donnerez quand vous lirez ces lignes ^^. Je suis entrepreneur sur le web depuis plus d’1 an. Je gagne ma vie sur le web grâce à la vente de mes formations sur plusieurs sites internet, des livres numériques et mon activité de rédacteur web.

Mon site s’adresse aux personnes qui veulent se créer un complément de revenu ou plus avec internet et créer leur entreprise. Ce qui est tout à fait faisable à l’heure actuelle 😉

Mais pourquoi  » le poussin du web  » ?

Question de « branding »…

Suite au visionnage d’une vidéo sur l’importance des couleurs, j’ai associé l’idée de porter une chemise jaune au début de ma chaîne youtube ( que je mets de temps à autre ) et d’avoir un pseudo, disons plus marquant, dans une thématique à forte concurrence…Le poussin peut signifier aussi le fait d’être débutant sur internet, la création de business en ligne. Et puis, moi qui ne suis ni très grand ni très fort, cela me correspond plutôt bien 😉 J’ai depuis abandonné la chemise pour une tenue plus conventionnelle et un pseudonyme différent, mais le poussin du web continuera d’exister sous forme de site. 🙂

 Extrait de mon livre » Quitter la rat race et couler des jours heureux » ( qui n’est plus disponible sur Amazon )

rat race

Quelques dates à propos de l’auteur  :

2008  : je rentre en seconde de rattrapage dans laquelle je suis avant-dernier et je me désintéresse totalement du système scolaire.

2009- 2013  : je rentre en école professionnelle de service à la personne, j’enchaîne les stages et obtient un bep ainsi que mon bac de justesse, en ayant révisé sur le jeu vidéo FIFA 13, la veille du passage de l’examen

2014  : A la demande de mon père, je passe un diplôme du cap petite enfance que j’obtiens sans grande motivation.

2015  : Je rentre en école d’aide soignant, la aussi sans grand intérêt pour le métier, et j’échoue en fin d’année à l’examen.

2016  : Je m’expatrie 6 mois au canada, pour ce qui reste à ce jour la plus belle expérience de ma vie. Je goûte à la liberté, au travail dans les champs. Par manque d’argent, je finis par rentrer en France.

2017  : Je bosse en usine pendant pratiquement une année complète, sans autre épanouissement que le chèque à la fin du mois. Je finis par prendre mon logement.

2018  : Je pète les plombs et décide de quitter mon job à l’usine. Je me lance dans le business en ligne en écrivant des livres et en créant des vidéos sur youtube.

Histoire de vie

Tout commence un 16 mai 2018. Un élément déclencheur, une étincelle dans mon esprit, ou plutôt dans mon cerveau, pour peu que je n’ai pas les neurones grillés…Cette date là, n’est pas anodine pour moi. C’est la date d’anniversaire de mon grand père, mort une année plus tôt. Une «  force  » inconnue me pousse à créer quelque chose sur internet. Le fameux déclic tant attendu est arrivé. Comme si, après plusieurs années à me chercher professionnellement, personnellement, j’avais soudain saisi une lumière. Cette étoile d’une possible réussite.

Avant ça, j’ai connu des difficultés, des échecs professionnels, mais aussi personnels. Le but n’étant pas de m’étaler, ni de me plaindre, l’idée fondamentale était et est toujours de m’épanouir, comme tout à chacun. Je me suis longtemps cherché, naviguant de formations en formations, obtenant des diplômes sans importance réelle. De petits boulots en petits boulots, parfois entrecoupés de périodes de chômage. Le chômage n’est, bien sûr, pas une fin en soi, mais ce n’est pas non plus une catastrophe. Alors, oui, bien sûr, si vous sortez en soirée, cela fait tâche, dans ce monde bien pensant, artificiel, et surtout pensant pour vous. Tandis que vous, vous pansez d’abord vos plaies.

Après avoir suivi des formations dans le social, travaillé en maison de retraite, lavé et soigné des corps vieillis et parfois meurtris dans la dernière ligne droite de leur existence, j’ai échoué. Lamentablement  ? Je ne sais pas. Logiquement  ? Oui. Était ce que je voulais  ? Au final, je serais tenté de répondre oui. Le métier d’aide-soignant, dans lequel je m’était formé, n’était pas fait pour moi. Si j’avais une franche empathie pour les personnes âgées dont j’avais la charge, je restait maladroit, peu sûr de moi. Et avec une difficulté à accepter ( et parfois subir ) l’autorité. Le travail en équipe, je n’en voulais pas vraiment. Je me rêvais conduire ma barque, avoir mon métier bien en main, être diplômé du paramédical à cette époque. Il y avait déjà les prémices de ce que serait mon activité actuelle. J’en parle encore en tant qu’activité, car je n’en vis pas pleinement au moment où j’écris ces lignes.

Après mon examen manqué, j’ai repris le travail. Je suis devenu éboueur, le temps d’un été, sur le plateau de la croix-rousse, que les lyonnais connaissent bien. Je me suis rendu compte d’une chose, venant d’une famille ouvrière, qu’ être éboueur ou avoir un métier «  au bas de l’échelle  » comme le perçoit la société, ça n’a rien de déshonorant. Vous pouvez avoir votre après-midi et vous consacrer à votre famille, vos amis, vos enfants, vos activités favorites. Pendant ce temps, vous avez un cadre supérieur, mis sous pression, qui va terminer à 18h. Parce que ce sont les horaires et qu’il terminera son travail à domicile à 21h, entre femme et enfants. Sa femme, d’ailleurs, qui veut se faire la malle, officiellement cette fois. Vu d’extérieur, tout va bien, et si il y a divorce, eh bien, ce sera ans l’air du temps. On se fichera royalement de l’humain, et de cet homme, qui fera un burnout peu de temps après…

Il est, je pense, important de faire des études, pour acquérir un savoir, des compétences, un meilleur niveau de revenu, et un meilleur niveau de vie en général. Mais, de mon point de vue, entrepreneuriat reste la voie royale pour réussir sur tout les plans  :

-Financièrement, d’une part. Vous n’avez pas de limite de salaire, mais vos propres limites, qui peuvent être poussées très loin, si vous le voulez vraiment.

-Du temps libre. Avec le développement d’internet, et de nombreux outils d’automatisation, il vous est tout à fait possible de travailler raisonnablement, sans vous abrutir et faire une rupture d’anévrisme après une semaine de 80h à bosser pour votre entreprise.

-Épanouissement personnel. Vous choisissez un domaine d’activité qui vous passionne. On est complètement dans l’accomplissement de soi. Je l’ai personnellement vécu en écrivant mon premier livre. C’est tout simplement merveilleux

Pour en revenir à mon parcours personnel, j’ai continué les petits jobs, puis j’ai obtenu un visa vacances travail, pour partir au Canada. Pays dont je rêvais depuis des années. Premier rêve à s’exaucer. Je suis resté 6 mois la bas, j’en ai ramené des souvenirs fantastiques, notamment humains. Et j’en ai écrit un livre.

https://www.dropbox.com/s/d8sk60weskyab4y/pvt canada.mp4.mp4?dl=0

https://www.edilivre.com/pvt-canada-partez-venez-tenter-l-aventure-alexander-supertramp.html/

Par la suite j’ai repris un travail en usine. Seul le maigre chèque à la fin du mois était un lot de consolation. Mais ça ne suffisait pas. Si je m’en sortait avec un smic, sans être frustré, j’avais besoin de me sentir bien dans ce que je faisais. Le 28 mars 2018, j’ai craqué, claqué la porte de l’usine d’agroalimentaire dans laquelle je travaillais en intérim. Je ne pouvais pas continuer à travailler pendant 20 ans dans le froid à jeter des carcasses de veau. Il me fallait trouver autre chose.

C’est alors que j’ai eu ce fameux déclic dont je parlais, au mois de mai 2018. J’ai commencé à vendre des ouvrages du domaine public. Parce que j’aime les livres et que l’on pouvait espérer gagner de l’argent régulièrement avec ça. Les fameux revenus «  passifs  ». Hélas, 1 mois après, Amazon a fermé mon compte après plusieurs avertissements. Selon eux, je n’avais pas respecté les règles de différenciation des ouvrages. 1 mois de travail intense à la poubelle. O rage, mais pas o déséspoir. J’était frustré mais je n’allais pas abandonner ainsi. C’est ainsi que j’ai crée mon blog «  devenir riche avec ebooks  » ( désactivé mais toujours en ligne à l’heure où j’écris ces lignes ). La aussi, je me suis rendu compte que ce n’était pas quelque chose de rentable, même si le sujet m’intéressait. Je payai cher un auto répondeur tous les mois et un nom de domaine pour ne rien gagner ou presque. J’ai donc continué à écrire mes livres sans l’aide du blog. J’ai ouvert une chaine Youtube. Actuellement, j’ai environ 70 vidéos en ligne. Dont la vente de formations.

A travers cette histoire de vie, je vous invite à faire de même. Créez vous des passifs ( que vous verrez dans la partie suivante ) qui tournent en votre faveur, par le biais de vidéos, formations, livres…Dans la thématique qui vous plaît. Il y en a forcément une pour vous… Créez votre activité et vous serez beaucoup plus épanouis comme je le suis actuellement. Et un jour, tout comme moi, vous quitterez cette fameuse «  rat race  ».

Accéder à mon livre : clique ici